Logo du site de l'ANACT pour la semaine de la QVT

La Qualité de Vie au Travail ou QVT. On en parle de plus en plus. Mais concrètement, qu’entend-on par-là ?

Améliorer la qualité de vie au travail, c’est fournir de meilleures conditions de travail à ses salariés pour davantage de satisfaction, de productivité et une meilleure performance de l’entreprise.

Ça vous parait fumeux ?

Dans cet article, je vous présente le RDV annuel de la QVT : la Semaine de la QVT. Et je vous explique pourquoi il devient essentiel d’organiser cet événement au sein de son entreprise.

Qu’est-ce que la QVT ?

La Qualité de Vie au Travail est une démarche qui regroupe les actions qui permettent d’améliorer la qualité des conditions de travail et la qualité du travail réalisé.

L’ANACT (Association Nationale des Conditions de Travail) propose la définition suivante pour la QVT : « la Qualité de Vie au Travail désigne et regroupe sous un même intitulé les actions qui permettent de concilier à la fois l’amélioration des conditions de travail pour les salariés et la performance globale des entreprises, d’autant plus quand leurs organisations se transforment. »

Par ailleurs, en 2013, dans l’Accord National Interprofessionnel (ANI) on peut lire :

“La qualité de vie au travail peut se concevoir comme un sentiment de bien-être au travail perçu collectivement et individuellement qui englobe l’ambiance, la culture de l’entreprise, l’intérêt du travail, les conditions de travail, le sentiment d’implication, le degré d’autonomie et de responsabilisation, l’égalité, un droit à l’erreur accordé à chacun, une reconnaissance et une valorisation du travail effectué. »

« La qualité de vie au travail vise le travail, les conditions de travail et la possibilité qu’elles ouvrent ou non de « faire du bon travail » dans une bonne ambiance, dans le cadre de son organisation. Elle est également associée aux attentes fortes d’être pleinement reconnu dans l’entreprise et de mieux équilibrer vie professionnelle et vie personnelle. »

Enfin « Les conditions dans lesquelles les salariés exercent leur travail et leur capacité à s’exprimer et à agir sur le contenu de celui-ci déterminent la perception de la qualité de vie au travail qui en résulte ».

Salarié heureuse au travail avec une bonne qualité de vie

Qu’est-ce que la semaine de la QVT ?

Initiée par le réseau ANACT – ARACT depuis 19 ans maintenant, la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail, ou SQVT, est un évènement annuel. Il permet d’échanger sur son environnement de travail, de questionner sa manière de travailler. L’objectif est de contribuer au bien-être de tous les salariés de l’entreprise.

C’est un moment privilégié pour s’informer, échanger, découvrir les bonnes pratiques à mettre en place pour améliorer les conditions de travail, prévenir les risques professionnels, et augmenter la performance des organisations.  L’occasion également de renforcer la cohésion d’équipe et aborder les thèmes du bien-être au travail.

Quand a lieu la semaine de la QVT 2022 ?

Cette année, la Semaine de la QVT se déroulera du 20 au 24 juin 2022. Elle portera sur la thématique “en quête de sens au travail ».

La notion de bien-être au travail s’inscrit de plus en plus parmi les enjeux salariaux. En quête de sens au travail, les actifs ne cherchent plus seulement un gagne-pain. Ils attendent dorénavant de leur activité qu’elle leur offre un cadre de vie professionnel agréable, épanouissant. Bref, un vecteur d’accomplissement personnel, avec éventuellement la possibilité d’avoir un impact sur le monde et la société.

Pourquoi organiser une semaine de la QVT ?

Augmenter la productivité

On le sait désormais, la qualité de vie au travail est un levier stratégique de performance. Il a été montré(1) qu’une entreprise qui place la santé physique et mentale de ses salariés au cœur de son management obtient un gain de productivité de 10 à 12 %.

La QVT se veut donc à la fois individuelle et collective. Elle doit inclure tous les membres de l’entreprise, à tous les niveaux : direction, managers, collaborateurs, partenaires sociaux…

Améliorer la satisfaction au travail, renforcer la considération permettent de mobiliser les potentiels humains et d’augmenter la productivité.

En effet, un salarié qui va au travail à reculons n’est pas bénéfique pour son entreprise. A l’inverse, un salarié heureux à son poste de travail aménagé de façon ergonomique est un moteur pour son entreprise. Motivé, moins fatigué, moins stressé, il pourra développer une concentration accrue et une efficacité plus importante lui permettant d’être plus productif.

Dans un cadre de travail épanouissant, un salarié motivé pourra accepter plus facilement de nouvelles responsabilités, participer davantage aux moments conviviaux organisés par sa société.

Faire baisser l’absentéisme

Selon une étude américaine réalisée par l’Institut Chapman(2)  , une démarche QVT pourrait réduire de 25 % l’absentéisme au travail.

On sait que de mauvaises conditions de travail marquées par des postes de travail inadaptés, une charge de travail trop importante ou un stress récurrent ont impact négatif conséquent sur l’efficacité des salariés. Cela se traduit par des arrêts maladie, des accidents du travail, du turn-over, etc.

À tel point que la moitié des actifs français ont déjà ressenti de la souffrance au travail. Et quand cette atmosphère de travail délétère persiste, le risque de burnout, phénomène de plus en plus courant, augmente.

On comprend donc pourquoi, à travers la hausse de l’absentéisme et son coût non négligeable (à la fois financier direct et organisationnel indirect), la QVT appelle à favoriser des conditions de travail adaptées, non seulement dans l’intérêt des salariés mais également celui de l’employeur.

 

Faire baisser les dépenses de santé

Environ 14 000€, c’est le coût moyen par an et par salarié dû à un état de santé détérioré par le contexte professionnel.

Un salarié absent impacte l’entreprise. Pour réorganiser l’équipe, pour confier ses missions à un autre collègue ou en recrutant un remplaçant pour un arrêt prolongé. Cette réorganisation représente des coûts directs et indirects.

D’après une étude américaine(2), la mise en œuvre d’une démarche de QVT permettrait de réduire ces dépenses liées aux problèmes de santé des salariés de 25 %. En effet, un environnement de travail ergonomique réduira les postures contraignantes ainsi que la fatigue psychologique liée au stress. Un management bienveillant offrira davantage de souplesse au salarié pour lui permettre d’adapter son rythme de travail. Moins fatigué, le collaborateur a ainsi moins de risque d’être arrêté pour raison professionnelle. 

La semaine de la QVT constitue donc une réelle occasion d’instaurer de bonnes pratiques afin de réduire les coûts liés aux problèmes de santé, et ce, de façon conséquente.

 

Renforcer la cohésion des équipes et motiver les salariés

Puisque la question du sens au travail est le thème de cette semaine de la QVT, celle-ci constitue l’occasion de placer les salariés au cœur de la réflexion et de la mise en œuvre d’initiatives.

Besoin de reconnaissance et de gratitude, implication dans les décisions, écoute et feedback, culture d’entreprise forte, sont autant de thématiques à développer. Le but est de favoriser la motivation professionnelle des salariés et renforcer l’engagement des collaborateurs.

D’autant qu’une étude(3)   a montré que 60 % des collaborateurs se sentent plus motivés au travail quand l’employeur prend en considération leur bien-être physique et mental.

On comprend en effet qu’un salarié heureux est un salarié investi dans son travail. Il présente moins de retard, plus de pro-activité, davantage d’engagement dans de nouveaux projets.

Le principal enjeu pour les entreprises consiste donc à identifier les leviers faciles à mettre en œuvre. Mais ceux-ci doivent apporter de réels bénéfices aux collaborateurs sur le long terme. L’idée est d’éviter à tout prix le syndrome « panier de fruits » ou « babyfoot ». Ils donnent l’impression que la prise de conscience n’est que superficielle.

En revanche, l’échange, la convivialité, la cohésion, la fidélisation des collaborateurs, l’évolution professionnelle et personnelle créent un sentiment d’appartenance. Ce sont des vecteurs d’épanouissement, d’implication et de performance.

Qualité de vie au travail et cohésion d'équipe

Conclusion

Nous l’avons vu, le bien-être au travail est une démarche « gagnant-gagnant». En effet, elle profite aux salariés comme à l’entreprise. Elle permet de mieux prendre en compte les attentes et les besoins des collaborateurs en tant qu’individus tout en apportant des bénéfices concrets à l’entreprise au niveau collectif.

Dans le contexte actuel, après 2 années ponctuées de confinements, de distanciation sociale, de télétravail, ou encore de management à distance, la QVT prend d’autant plus de sens. Le bien-être et la santé des salariés n’ont jamais été aussi prioritaires.

Pour finir de s’en convaincre, sachez que 61% des millennials (personnes nées entre 1980 et 2000) estiment que la QVT est devenue incontournable, et même plus importante que le salaire(4).

Vous l’aurez compris, il n’est pas nécessaire d’attendre la semaine de la QVT pour organiser des actions. Il est possible, voire préférable, de proposer des initiatives tout au long de l’année, au rythme des besoins et du contexte de l’entreprise.

En tous cas, j’espère que cet article vous aura permis de mieux comprendre les bénéfices du bien-être au travail. Et qu’il vous donnera des clefs pour préparer et réussir au mieux votre prochaine semaine de la QVT.

Dans le prochain article, je vous expliquerai comment organiser concrètement cette semaine de la QVT.

D’ici là, n’hésitez pas à me faire part de vos commentaires. J’attends également vos retours sur les programmes ou les actions qui sont mises en œuvre dans vos entreprises.

A la semaine prochaine 👋

Références :

(1)  Etude réalisée au Royaume- Uni en février 2014

(2)  The ART OF HEALTH Promotion : étude réalisée par l’institut Chapman de certification des   professionnels du bien-être aux Etats-Unis en 2005

(3)  Etude de la fondation Mind réalisée au Royaume-Uni en mars 2013

(4) Le feeling « À quoi ressemble l’entreprise rêvée des millenials ? »

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! ;-)

4 Responses

  1. J’aime bcp ta conception gagnant gagnant entre salariés et patron ! Il faudrait plus de concentrer sur les besoins humains plutôt que professionnel !

    • Je te remercie pour ton commentaire Cherazade. En effet, il est grand temps de replacer l’humain au centre des préoccupations des entreprises.
      Il y a encore beaucoup de travail pour communiquer sur ce sujet. Mais j’y crois !

  2. Merci pour cet article complet qui me fait découvrir la semaine de qualité de vie au travail. N’y-a-t-il pas encore d’obligation légale des entreprises d’organiser cette semaine? Car je me demande sans obligation, si de nombreuses entreprises l’appliquent (je n’en ai jamais eu pendant mes années salariés 😉)

    • Bonjour Jeff,
      Merci beaucoup pour ton commentaire.
      Il n’y a pas d’obligation légale de l’employeur de mettre en place une semaine de la QVT. Tout est une affaire de volontariat, d’engagement de la part de la Direction de s’impliquer dans une démarche d’amélioration des conditions de travail.
      Il y a encore beaucoup de travail, mais heureusement les choses évoluent. Et c’est à nous, ergonomes, préventeurs des risques professionnels, responsables QHSE etc… de communiquer et de faire prendre conscience aux employeurs, qu’à termes, il y a un réel intérêt économique pour les entreprises à prendre en compte la QVT.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :