Exemples de gribouillis dessinés au crayon de papier

Votre réunion de travail vient de se terminer et vous vous rendez compte que vous avez dessiné un peu partout dans les marges de votre cahier.

Vous revenez quelques pages en arrière. Vous retrouvez les notes prises lors de points téléphoniques antérieurs ou d’autres réunions par exemple, et vous repérez à nouveau des formes similaires, si ce n’est des gribouillis identiques.

Des flèches ? Une succession de croix ? Un enchainement de spirales ? Plusieurs cercles enchevêtrés ? Des damiers ? Un labyrinthe inextricable ?

Peut-être remplissez-vous les boucles de vos lettres ?

Qu’importe, vous gribouillez !

Vous pouvez faire appel à un graphologue, ou vous trouverez de nombreux articles pour vous expliquer la signification de vos dessins plus ou moins abstraits.

Mais connaissez-vous les bienfaits de ces gribouillis ? Saviez-vous notamment que gribouiller pendant le travail augmenterait votre productivité ?

Explication.

Qu’est-ce qu’un gribouillis ?

Un gribouillis est un dessin à main levée, figuratif ou non, instinctif, spontané, peut-être même machinal. Le gribouillis ne poursuit pas de but esthétique puisqu’il n’est pas destiné à être montré.

Il peut prendre différentes apparences : géométrique, figuratif, arrondi, pointu, forme basique, empilement, symbole.

L’emplacement au sein de la page peut également avoir son importance.

Cependant, machinal ne signifie pas forcément insipide ou inutile, encore moins dénué de sens. Car nous allons le voir, c’est une activité qui occupe non seulement les mains mais également l’esprit et ouvre les portes de notre cerveau.

Bloc note avec gribouillis en noir et blanc

En quelles occasions se met-on à gribouiller ?

En général, ces créations apparaissent dans des moments où nous n’avons pas la parole (participation à une conférence, seul à son bureau …). Ce qui n’empêche pas pour autant des moments d’échanges (au téléphone, en brainstorming, en réunion …). Ces œuvres peuvent d’ailleurs constituer un moyen d’expression.

Selon François Sulger, spécialisé dans l’étude des gestes, et la graphologue Sylvie Chermet-Carroy, il existe 4 contextes psychologiques favorables à leur réalisation :

  • La réunion : « En situation d’écoute passive, n’ayant pas la possibilité ou l’envie de parler, vous recevez les informations et leur répondez, malgré vous, en signant par des gribouillages votre accord ou désaccord. »
  • La conversation téléphonique : « Gribouiller aide alors à structurer sa pensée, à se fixer des cadres, des limites, ou à confirmer des objectifs. Ce sont principalement des formes géométriques, ou des encadrements, des surlignages. »
  • Le non-dit : « Colère, agacement, désir… Le gribouillis vient raconter tout ce que vous ne pouvez pas vous permettre d’exprimer à votre interlocuteur. »
  • La solitude : « Au bureau ou dans une salle d’attente, perdu dans ses pensées, le gribouillis devient une forme de dialogue intérieur. Cela revient à penser à haute voix ou à parler tout seul. Ces gribouillis solitaires sont certainement ceux qui, analysés, peuvent nous permettre d’en apprendre le plus sur nous-même. »
Main qui tient un crayon et qui prend des notes sur un cahier à côté d'un ordinateur

Pourquoi le gribouillage est-il bon pour le travail ?

Alors qu’il n’existe que des définitions négatives, voire péjoratives du gribouillage, plusieurs études mettent aujourd’hui en avant les aspects bénéfiques de cette activité. En voici 6 :

1.      Prendre du recul / trouver des solutions

Lorsque nous gribouillons, nous utilisons majoritairement la partie dite « artistique » de notre cerveau, plutôt que la partie analytique. Cela nous permettrait alors d’envisager les problèmes sous un nouvel angle, de nouvelles perspectives. Et c’est cette prise de recul sur la situation qui nous permet bien souvent de faire émerger de nouvelles solutions, de générer de nouvelles idées.

C’est pour la même raison que l’on trouve parfois des solutions lorsque nous marchons, nous courons, nous jardinons …

2.      Augmenter la concentration et l’apprentissage

En 2009, Jackie Andrade, professeure en psychologie à l’université de Plymouth, au Royaume-Uni, publie une étude sur le lien entre gribouillis et écoute active. En effet, elle démontre que les personnes qui gribouillent pendant une conversation téléphonique retiennent 29 % d’informations supplémentaires par rapport à ceux qui se contentent de prendre des notes.

Gribouiller solliciterait également les « fonctions exécutives » du cerveau, empêchant notre esprit de divaguer et de penser aux tâches ménagères ou au courrier qui s’accumule sur la table de l’entrée. Ces petits dessins nous ancrent dans le moment présent. Ils nous placent dans un état d’écoute absolue favorable à l’acquisition d’informations transmises oralement.

Sunni Brown, auteure américaine, pionnière dans l’utilisation de supports visuels en réunion, affirme :

« Le gribouillage est le fait de faire des marques spontanées pour vous aider à réfléchir. C’est pour cela que des millions de gens gribouillent. […] Les gens qui gribouillent quand ils sont exposés à des informations verbales retiennent plus de ces informations que leurs homologues qui ne gribouillent pas. Nous pensons que l’on gribouille quand on se déconcentre. Mais en fait, c’est une mesure préventive pour vous empêcher de vous déconcentrer. De plus, il y a un effet profond sur la résolution créative de problèmes et le traitement des informations en profondeur. »

C’est pourquoi Sunni Brown prône le gribouillage en salle de classe ou en réunion.

« Le gribouillage devrait être précisément exploité dans ces situations où la densité d’information est très élevée et le besoin de traiter cette information est très grand. »

3.      Améliorer la productivité

L’exploitation des fonctions exécutives de notre cerveau par les gribouillis nous permet également de réaliser plusieurs tâches en même temps, de planifier notre activité. En effet, gribouiller lors d’une réunion ou lors d’un appel téléphonique permet à notre cerveau de classer nos idées, d’ajouter des repères, de mettre en images des concepts, de les mémoriser, et donc d’être plus productif.

Par ailleurs, d’autres bénéfices ont été démontrés notamment à travers le coloriage qui augmenterait la confiance en soi et la maîtrise de ses émotions.

Cela explique sans doute le succès des coloriages pour adultes et autres mandalas. En effet, les lignes étant clairement définies, nous ne sommes pas tentés de dépasser. On ne sort pas du cadre, et ça, ça rassure.

4.      Booster la créativité

Nous l’avons vu, en gribouillant, nous utilisons la partie dite « artistique » de notre cerveau. Pas étonnant alors que nous laissions ainsi s’exprimer notre créativité.  Ces pauses pour le cerveau permettent de lui redonner de l’énergie pour devenir créatif, éveiller ses sens, se donner une sensation de liberté. Il lutte contre le manque d’inspiration en laissant voyager son imagination.

5.      Communiquer

Gribouiller s’apparenterait également à une forme de communication, un moyen d’expression.

En effet, au travail, en réunion par exemple, ces petits dessins permettraient de faire passer des messages à nos collègues de bureau, notamment ceux qu’il est parfois difficile d’exprimer, les non-dits, les sujets qui fâchent.

6.      Se détendre et réduire le stress

Alternative à la méditation, de nombreux adultes utilisent des livres de coloriage pour se détendre et lutter contre le stress. Gribouiller, dessiner, colorier sont en effet d’excellents moyens de relâcher les tensions.

Régressives, empreintes de nostalgie, ces activités font ramènent en enfance, époque où tout paraissait plus simple.

Au travail, gribouiller machinalement peut devenir un exutoire libérateur de tensions. Cela permet de se recentrer sur soi, en pleine conscience afin de maitriser ses émotions, voire de transformer son stress ou son énervement en énergie positive. La méthode Zentangle® , créée par Rick Roberts et Maria Thomas, est un moyen facile de méditer en dessinant des motifs structurés et répétitifs dans un carré de 9 cm de côté. Quelques règles doivent cependant être respectées :

  • le dessin doit être spontané et abstrait ;
  • le résultat final ne doit pas avoir été anticipé ;
  • il faut laisser ses pensées vagabonder sur la feuille, sans hésiter ;
  • chaque trait doit être assumé : il n’y a pas de retour en arrière, de rature ou de gommage.

Enfin c’est aussi méthode ludique pour se déconnecter des écrans et d’un zapping permanent.

Main qui tient un crayon et qui colorie en noir et blanc

En conclusion

Contre toute attente, il semble que laisser glisser son crayon sur sa feuille de papier apporte de nombreux bénéfices.

Ces petits dessins abstraits constituent un excellent moyen de mieux se concentrer et de mémoriser davantage, en enregistrant plus de détails.

Toutefois ce lâcher-prise intellectuel permet également de laisser libre cours à son imagination, de booster sa créativité pour voir apparaitre au fil du dessin des perspectives nouvelles, à l’origine de solutions invisibles sur le moment.

Bref ces gribouillis stimulent notre cerveau au point d’accroitre sa productivité.

Il apparait donc profitable de s’accorder quelques minutes de pause au travail, pour gribouiller ou colorier afin de se détendre tout en restant inscrit dans le cadre du travail.

Mon petit conseil ergo : ayez toujours à portée de main un petit carnet, un cahier ou un bloc note pour libérer votre créativité et augmenter votre productivité !

Alors tous à vos papiers et vos crayons !

Et vous ? C’est quoi votre gribouillis préféré ?
N’hésitez pas à m’indiquer en commentaire ce que vous dessinez généralement en réunion.

Pour aller plus loin :

Cliquez sur le lien pour :

Et pour finir, voici 4 livres que je vous recommande pour en savoir plus :

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! ;-)

Categories:

Tags:

4 Responses

  1. Je vais partager cet article à mon patron qui gribouille tout le temps mais il se borne à reproduire sa signature à l’infinie ! J’ai me beaucoup tracer des forme géométrique quand je suis en réunion. Merci cet article qui déculpabilise 🙂

    • Merci pour ton commentaire Sabine. Je ne me lancerai pas dans la signification des gribouillis de ton patron … 🤔.
      En tous cas, maintenant tu sauras quoi répondre : « Je ne gribouille pas, je travaille ! » 😊

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :