Repose pieds, repose paume, repose poignets ?

Ai-je besoin de support à mon poste informatique ? 

Dans votre entreprise, ou chez vous en télétravail, vous disposez d’un bureau, d’un siège, d’un ordinateur, d’un clavier et d’une souris.

Vous êtes prêt(e) à (télé)travailler. Et pourtant, vous ne vous sentez pas complètement à l’aise à votre poste ?

En général, c’est à ce moment que vous vous dites : « Et là ? Je n’aurais pas besoin d’un repose pieds ? Ou d’un tapis de souris avec repose paume ? »

Il faut reconnaitre qu’aujourd’hui, il existe de nombreux accessoires, susceptibles d’améliorer la posture, voire de réduire certaines douleurs. Et en ce qui concerne le poste de travail informatique, les possibilités sont multiples.

Repose-pieds, repose poignets, repose paume, repose bras ….

Il y a de quoi s’y perdre. 😟

A travers cet article, je vous propose de faire le point sur les différents accessoires de soutien, pour vous permettre de répondre à la question :

« Ai-je vraiment besoin de tel ou tel support à mon poste informatique ? »

Repose-pieds

Le repose-pieds est l’élément indispensable pour les personnes qui ne mesurent pas 1,75 mètre et qui disposent d’un bureau standard. En effet, la majorité des bureaux est conçue pour une taille moyenne (environ 1,75 m). Mais cette taille standard ne convient évidemment pas à tous les travailleurs.

En effet, un bureau de 68 cm de hauteur sera plus adapté pour une personne d’1,56 m alors qu’une personne d’1,68 m préfèrera un bureau de 72 cm de hauteur. L’ajout d’un repose pied permet alors de compenser la hauteur du bureau tout en gardant les coudes à hauteur du plan de travail.

Sur le principe, un repose-pieds n’est pas nécessaire quand la table peut s’abaisser jusqu’à 65 cm. Mais les personnes de moins d’1,60m travaillant sur une table non réglable ou qui ne peut pas descendre jusqu’à 65cm, ont souvent des difficultés à poser les pieds à plat sur le sol. Dans ce cas, l’utilisation d’un repose-pied s’avère nécessaire.

Comment savoir si j’ai besoin d’un repose-pieds ?

Le repose-pied n’est pas utile si vous pouvez poser vos pieds à plat sur le sol. En effet, cet accessoire sert uniquement à rapprocher le sol de vos pieds et à compenser un bureau trop haut.

De même, si vous disposez d’un bureau réglable en hauteur, vous pouvez facilement l’ajuster sans avoir besoin d’un repose-pied.

En revanche, s’il n’est pas possible de régler la hauteur de votre bureau et si vous avez les pieds en l’air lorsque vous êtes à votre poste de travail dans une position assise normale, un repose-pied s’impose.

Comment utiliser un repose-pieds ?

Le repose-pied doit s’utiliser de façon très intuitive. Placé dans l’axe du corps, sous le bureau, vos jambes doivent former un angle de 90 degrés avec le sol.

Travailleur assis avec les pieds posés au sol : pas besoin de repose pieds

Il s’agit alors d’adapter la hauteur du repose-pied en fonction de la hauteur à compenser.

Ce caractère réglable hauteur est donc un critère indispensable à prendre en compte au moment du choix de cet accessoire.

Comment choisir son repose-pied ?

Couvert d’un revêtement antidérapant, le repose-pieds doit offrir des dimensions suffisantes pour assurer un maximum de confort et de stabilité à l’utilisateur :

  • Largeur : supérieure à 40cm
  • Profondeur : supérieure à 35 cm
  • Hauteur : de 5 à 15 cm
  • Inclinaison : de 5 à 15°

(norme DIN 4556)

Nous l’avons vu, le repose pieds doit être stable. Il faut donc éviter les modèles trop légers.

Il doit être inclinable pour pouvoir s’adapter aux personnes portant des talons et leur garantir une angulation confortable au niveau des chevilles.

Par ailleurs, aucune pression inconfortable ne doit être ressentie sous les cuisses, ce qui pourrait altérer la circulation sanguine.

Plus il sera facile à manipuler, plus il pourra s’adapter à vos changements de posture.

Repose pieds de la marque Fellowes

Repose poignets

Le repose poignets permet d’éviter la flexion des poignets lors de la frappe sur le clavier. Il permet de soutenir les poignets en position horizontale.

Comment savoir si j’ai besoin d’un repose poignets ?

Si votre siège et votre bureau sont correctement réglés, les repose poignets ne sont pas forcément nécessaires. En revanche, ils peuvent s’avérer utiles vous souffrez de douleurs ou d’irritations dues à la tension au niveau du ou des poignets. On retrouve également ce cas chez des personnes qui appuient trop les poignets sur la table, souvent sans s’en rendre compte. Ainsi, ce long coussinet souple, rempli de gel, répartit la pression sur une surface plus large que celle d’un support dur.

Repose poignets de la marque Bakker Elkhuizen

Comment choisir son repose poignets ?

Il en existe différents modèles. La plupart sont en matières synthétiques recouvertes d’une matière n’irritant pas la peau. Il faut les nettoyer ou les remplacer régulièrement, car leur surface à pores ouverts se salit au fil du temps.

Afin de soulager les poignets, il est également possible d’utiliser un tapis de souris avec repose paume intégré.

Mais attention !

L’appui des poignets sur un repose paumes ou un repose poignets ne doit pas être continu. Ces dispositifs doivent être utilisés uniquement durant les pauses, pas lors de l’utilisation du clavier ou de la souris. En effet, la main doit toujours accompagner le déplacement des doigts. Et il ne faudrait pas que l’appui sur ces accessoires augmente l’extension des doigts et/ou des déviations cubitales ou radiales du poignet.

Les personnes qui ont aimé cet article ont aussi lu :  Comment bien choisir sa souris d’ordinateur ?

Si toutefois vous ne pouvez pas investir dans un repose poignets, pas de panique. En effet, le fait de reposer les avant-bras directement sur le plan de travail a des effets bénéfiques. Notamment celui d’éloigner le clavier et donc de limiter les flexions du cou associées au regard des touches sur le clavier. Cela permet également de réduire la charge musculaire dans les trapèzes lors du travail avec les avant-bras et les coudes supportés par la surface de travail.

Enfin, notez que les claviers à repose poignets intégrés ne sont pas forcément recommandés. Car il doit être possible de l’enlever à tout moment. Mais si votre clavier est déjà équipé d’un repose poignets intégré, il ne sert à rien d’ajouter un repose poignets supplémentaire devant le clavier. Il peut s’avérer pertinent de changer de clavier.

Clavier avec repose poignets intégré

Repose bras

Quand on travaille sur un ordinateur, il est indispensable que les bras soient soutenus. Cela améliore le confort de travail en réduisant les tensions et donc les douleurs au niveau du cou et des épaules.

Cet appui peut être apporté par le plan de travail et/ou des accoudoirs confortables et réglables

(en hauteur, en largeur, en profondeur).

Comment savoir si j’ai besoin d’un repose bras ?

En cas de douleurs persistantes dans le cou ou les épaules, il peut être préconisé l’ajout de repose bras supplémentaires.

Soutenant davantage les bras que de simples accoudoirs, les repose bras soulagent la tension dans les épaules et les cervicales. En effet, les deux bras représentent environ entre 15 à 20 % du poids total du corps. S’ils ne sont pas assez soutenus en position assise, vous alourdissez considérablement la charge qui pèse sur les muscles des épaules et du cou.

Le repose-bras s’installe facilement grâce à un système de pince ou de « ressort » en métal.

Repose bras

Porte-documents

Souvent, les documents sont déposés devant ou à côté du clavier. Cela entraîne une inclinaison ou une torsion du cou. Il en résulte une tension musculaire supplémentaire.

Comment savoir si j’ai besoin d’un porte-documents ?

Si vous devez consulter de nombreux documents pendant le travail sur écran, déposez – les sur un porte-documents.  

A l’idéal, et selon la place disponible, il se place entre le clavier et l’écran pour permettre d’adopter une posture confortable en restant aligné. Le regard dans l’axe de l’écran, sans va et vient de gauche à droite, il offre un confort visuel et favorise la cadence de frappe, et donc améliore la productivité.

Comment choisir son porte-documents ?

Il convient de maximiser la distance entre l’utilisateur et l’écran, et entre l’utilisateur et le porte-documents. Mais il ne faut pas oublier qu’installer un support sur son bureau prend de la place. En général, la profondeur d’un porte-document approche des 50 cm. Il doit permettre par exemple de poser un classeur A4 ouvert. Cela nécessite d’avoir un bureau suffisamment profond pour ne pas manger sur la place allouée au clavier et à la souris. L’utilisateur ne doit pas se retrouver à travailler sur le rebord du bureau !!

Le support doit être légèrement incliné, mais pas trop haut pour ne pas cacher le bas de l’écran.

Les modèles avec coulisse vers l’avant au-dessus du clavier, permettent de faire des annotations sur les documents ou d’écrire du texte.

Porte document Flex desk de la marque Bakker Elkhuizen

Si vous manquez d’espace, vous pouvez adopter le système du porte-copie sur lequel le document est à la verticale. Généralement, on le positionne à côté de l’écran. Et au lieu de travailler dans l’alignement, les yeux effectueront un balayage de gauche à droite.

Dans tous les cas, les distances œil – écran et œil – document ne doivent pas différer entre elles de plus de 25%. Auquel cas, une fatigue oculaire peut survenir chaque fois que le regard passe d’un support à l’autre.

Pour ceux qui préfèrent opter pour un modèle écologique, il existe maintenant la gamme Opti-1 d’Optimeo. Ce sont des porte-documents fabriqués à partir de cartons recyclés et recyclables.

Porte documents Opti-1 de la marque Optimeo

Rehausseur d’ordinateur portable

Les ordinateurs portables sont de plus en plus souvent utilisés comme des ordinateurs fixes. Or, quand l’ordinateur portable est posé sur le bureau, l’écran est situé trop bas.

Flexion du cou lorsque l’on travaille sur ordinateur portable

Cela oblige le travailleur à fléchir le cou vers l’avant. Un rehausseur permet de conserver un angle de vision optimal.

Comment savoir si j’ai besoin d’un rehausseur d’ordinateur portable ?

En cas d’utilisation prolongée (plus de 3 heures par jour), il convient de prévoir un réhausseur d’écran afin d’installer ce dernier à bonne hauteur. C’est-à-dire que votre regard à l’horizontal doit arriver au niveau du bord supérieur de l’écran.

Position de l’écran adaptée

Notez bien que dans ce cas, un clavier et une souris externes s’avèrent également nécessaires.

Quelque soit l’accessoire que vous envisagez d’acquérir, il est nécessaire de le tester au préalable sur une période prolongée.

Si vous souhaitez davantage de conseils pour aménager votre poste de travail de façon ergonomique, je vous renvoie à cet article que vous trouverez sur ce blog ou vous invite à me contacter.

J’espère que cet article vous aura permis d’y voir plus clair dans toute cette jungle d’accessoires ! 😉

J’attends vos commentaires et vos questions avec impatience.

Je vous dis à très vite pour un prochain sujet d’ergonomie. 👋

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! ;-)

2 Responses

  1. Merci pour cet article fort utile, Mélanie. En effet, comme kiné, je recommande le repose pied aux personnes de petite taille et de rouler une serviette sous les poignets avant d’investir dans un repose poignet. Je me pose plus de questions pour l’intérêt des souris verticales? Mon meilleur conseil reste quand même : « changez de position le plus souvent possible, par exemple levez-vous et marchez quand vous êtes au téléphone… », étirez-vous, ne portez- pas de vêtements trop serrés pour que le bassin reste libre…

Laisser un commentaire

Mélanie Brout - Ergonome
Mélanie Brout